28 09 2016

Téléphone : 01 45 62 57 07 | Télécopie : 01 42 25 63 89

Membre du Comité des galeries d'art

Jours et horaires d’ouverture

Mardi à vendredi
10h – 12h30 | 14h – 18h30

Lundi et samedi (en période d’exposition)
14h – 18h30

Exposition

Du 16 septembre au 22 octobre 2016

Jean-Jacques Lebel

Transferts

A propos des diaporamas contenus sur ce site
Ce cadre contient un diaporama des oeuvres de l'artiste.
Il fonctionne à l'aide du lecteur multimédia Flash, installé sous forme de plugin, dans votre navigateur.
Si ce diaporama ne fonctionne pas, c'est probablement que vous diposez d'une version ancienne de Flash ( < Flash 7 ).
Vous pouvez télécharger la dernière version du lecteur Flash en cliquant sur ce lien.
En dehors des diaporamas, l'ensemble du contenu et des oeuvres présentes sur ce site restent accessible sans Flash.
Certaines personnes, qui auraient désactivé manuellement JavaScript, ne pourront visualiser le diaporama quand bien même elles disposeraient d'une version du lecteur Flash à jour.

Extrait

Créées entre 1962 et 1964 à partir de coupures de journaux ou de magazines que Jean-Jacques Lebel avait sous la main (selon lui, principalement des exemplaires de Elle et Marie Claire jetés par sa compagne), les œuvres présentées dans cette exposition sont le fruit d’une occasion bien saisie. Rien de frivole ou de capricieux dans ces soigneuses compositions. Lebel, qui avait alors autour de vingt-cinq ans, était déjà un chineur d’images sophistiqué. Élevé à New York parmi les artistes chassés d’Europe par le fascisme et la guerre, les ressources visuelles et verbales du collage ont, pour ainsi dire, été sa langue maternelle. Une photo de famille le montre à six ans entre sa mère et sa gouvernante, entouré par Aimé Césaire, Marcel Duchamp, Max Ernst et d’autres.

Si quelques pièces de cette exposition sont à proprement parler des collages et sont parfois rehaussées au crayon, à la gouache ou à l’aquarelle, la plupart des images ont été obtenues par la technique du transfert. Le transfert consiste à humecter la coupure de presse avec un solvant (du trichloréthylène, à l’époque) et à l’appliquer en la tamponnant ou en la frottant sur un nouveau support absorbant. Cette technique donne des résultats semblables au collage ou photomontage dadaïste sans avoir besoin d’appareil photo ni de colle. Se passant des étapes intermédiaires de la photographie, du développement et du tirage, l’immédiateté du transfert permet à Lebel de transformer un matériau brut, en l’occurrence des images normatives diffusées par les media, en des compositions caustiques, et cela, avec l’apparente facilité d’une traduction simultanée.

Rachel Stella
Jean-Jacques Lebel : l’ironie scopique du « Je »
Préface du catalogue publié à l’occasion de l’exposition (extrait)

Téléchargez ici le catalogue
Aucun élément de cette publication ne peut être reproduit, transcrit, incorporé dans aucun système de stockage ou recherche informatique, ni transmis sous quelque forme que ce soit, ni par aucun moyen électronique, mécanique ou autre, sans l’accord préalable écrit des détenteurs des copyrights.

Created between 1962 and 1964 with elements picked from the newspapers and magazines Jean-Jacques Lebel had at hand (according to him, mainly copies of Elle and Marie Claire discarded by his sweetheart), the works on display are sourced in contingency. Yet there is nothing frivolous or capricious in these thoroughly composed accumulations. By the time they were made, Lebel, in his mid-twenties, was already a sophisticated scavenger of images. A family photo portrays six-year-old Jean-Jacques between his mother and nanny, flanked by Aimé Césaire, Marcel Duchamp, Max Ernst and others. During his early childhood in New York City, he was home-schooled, so to speak, by the transitory community of artists driven from Europe by fascism and war. Hence his ability to discourse in collage as if it were his mother tongue.

Though a few pieces in this show include collage and are sometimes enhanced with pencil, gouache or watercolors, the particularity of this series is that most of the images are generated by transfer techniques. Transfer involves soaking the source material in solvent, laying it face down on a porous receiving surface such as drawing paper, and then rubbing it with a tool in order to release the image from its original medium and transfer it onto the new surface. The resulting works evoke dada photomontage, though they are made without using a camera or glue. Foregoing the intermediate steps of photographing, developing and printing, the immediacy of this technique allows Lebel to transform his raw material, in this case the normative images generated by the media, into caustic compositions with the facility of a simultaneous translator.

Rachel Stella
The Eyeronic I of Jean-Jacques Lebel
Preface to the catalogue published on the occasion of the exhibition (extract)

Oeuvres de l'exposition ( reproductions grand format )

Lebel  Lebel  Lebel
Fluxus 270
1964
Transfert, aquarelle, gouache et crayon de couleur sur papier
41,5 x 32,5 cm
 The Most Popular Armpit in Town
1964
Transfert, gouache et encre sur papier
42,5 x 30 cm
 Sans titre
1964
Transfert et aquarelle sur papier
73,5 x 54 cm
Lebel  Lebel  Lebel
Elke
1964
Transfert et aquarelle sur papier
64,5 x 50 cm
 B.B./ELLE
1964
Transfert et aquarelle sur papier
68,5 x 52 cm
 Les Sportifs
1964
Transfert et crayon de couleur sur papier
66,5 x 50 cm
Lebel  Lebel  Lebel
Sylvie pensive et Bob Kennedy
1964
Transfert, collage et gouache sur papier
65 x 50 cm
 Portrait supposé de Arthur Cravan
1966
Sculpture-assemblage sur skis et roulettes
134 x 38 x 199 cm
 Regard Tantrique
1990
Peinture sur bois (oeuvre pivotante)
140 x 140 x 5 cm

Publications

Lebel

Jean-Jacques Lebel

Transferts

Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition Jean-Jacques Lebel. Transferts.
Exposition du 16 septembre au 22 octobre 2016.
Préface de Rachel Stella.
Catalogue bilingue (Français, Anglais). 72 pages. 24 reproductions en couleur.

CommanderPrix: 30 €.

Jean-Jacques Lebel

Recycler, détourner

Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition Jean-Jacques Lebel, Recycler, détourner.
Exposition du 16 mars au 28 avril 2012.
Texte de Jean de Loisy.
Entretien de Jean-Jacques Lebel avec Guy Scarpetta.
Catalogue bilingue (Français, Anglais). 64 pages. 18 reproductions en couleur.

CommanderPrix: 20 €.

Plus de détails sur cet artiste

Oeuvre Lebel

Jean-Jacques Lebel

Né à Paris, en 1936

Né à Paris en 1936, Jean-Jacques Lebel fait tôt, à New York, trois rencontres décisives : Billie Holiday, Marcel Duchamp et André Breton. Il publie sa première revue d’art, de poésie et de politique, Front unique, à Florence où a lieu en 1955 sa première exposition, à la Galleria Numero de…

Artistes

Toutes les expositions

Vous pouvez consulter toutes les anciennes expositions figurant sur le site dans le liste ci-dessous.

28 09 2016

Téléphone : 01 45 62 57 07 | Télécopie : 01 42 25 63 89

Membre du Comité des galeries d'art

Jours et horaires d’ouverture

Mardi à vendredi
10h – 12h30 | 14h – 18h30

Lundi et samedi (en période d’exposition)
14h – 18h30

 

1315902 visiteurs | Dernière mise à jour: 27 09 2016

Actualités de la galerie: Rss | Atom Agenda: Rss | Atom

Design Hablablow Webdesignofficina | Xhtml | Css