25 02 2017

Téléphone : 01 45 62 57 07 | Télécopie : 01 42 25 63 89

Membre du Comité des galeries d'art

Jours et horaires d’ouverture

Mardi à vendredi
10h – 12h30 | 14h – 18h30

Lundi et samedi (en période d’exposition)
14h – 18h30

Thomas Huber. À l’horizon. Aquarelles
Jusqu’au 25 février 2017

Artiste

Étienne Hajdu

Etienne Hajdu est né le 12 août 1907 à Turda, Transylvanie (Roumanie)

Étienne Hajdu meurt le 24 mars 1996. Après sa disparition, ses amis astrophysiciens baptisent Hajdu, l’astéroïde 7316 découvert en 1973 et répertorié sous le numéro 3145 T.2 in Astéroïdes Éphéméris.

A propos des diaporamas contenus sur ce site
Ce cadre contient un diaporama des oeuvres de l'artiste.
Il fonctionne à l'aide du lecteur multimédia Flash, installé sous forme de plugin, dans votre navigateur.
Si ce diaporama ne fonctionne pas, c'est probablement que vous diposez d'une version ancienne de Flash ( < Flash 7 ).
Vous pouvez télécharger la dernière version du lecteur Flash en cliquant sur ce lien.
En dehors des diaporamas, l'ensemble du contenu et des oeuvres présentes sur ce site restent accessible sans Flash.
Certaines personnes, qui auraient désactivé manuellement JavaScript, ne pourront visualiser le diaporama quand bien même elles disposeraient d'une version du lecteur Flash à jour.

Repères biographiques

Etienne Hajdu est né le 12 août 1907 à Turda, Transylvanie (Roumanie).

À 16 ans, il suit les cours de l’École technique d’Arts décoratifs d’Ujpest à Budapest. Pendant ses vacances, il modèle des portraits que remarque un sculpteur norvégien de passage dans la région qui conseille à son père de l’envoyer étudier la sculpture à Paris.

Il arrive à Paris en octobre 1927. Élève de Bourdelle à la Grande Chaumière, il dessine le nu pendant six mois puis entre dans l’atelier de Niclausse à l’École des Arts décoratifs.

En 1929, il est profondément troublé par une exposition Fernand Léger. Il apprend à connaître les artistes contemporains en compagnie de Vieira da Silva et Arpad Szenes. Il admire l’oeuvre de Brancusi par-dessus tout.

Naturalisé français, c’est au retour du service militaire en 1933 qu’il commence ses premières sculptures abstraites.

De 1935 à 1937, Hajdu parcourt à bicyclette la France des églises romanes et gothiques et découvre dans les tympans romans la possibilité d’organiser le monde dans un espace déterminé. Il suit les cours de biologie de Marcel Prenant à l’Université ouvrière du XXe arrondissement de Paris : sa passion pour la biologie marquera son oeuvre.

1939, exposition à la galerie Jeanne Bucher avec Vieira da Silva et Arpad Szenes.

Après l’armistice de 1940, il travaille successivement dans une usine d’aluminium puis dans une marbrerie à Bagnères-de-Bigorre dans les Pyrénées. Il sculpte en taille directe des oiseaux et insectes géants pendant ses moments de liberté.
Il rentre à Paris en 1945 et décide de «recommencer la sculpture à zéro».

En 1946, première exposition particulière chez Jeanne Bucher qui présentera régulièrement son oeuvre.

Il réalise ses premiers reliefs en cuivre martelé en 1948.
Dès 1952, il introduit l’aluminium dans ses reliefs et exécute en 1953-54, un grand relief en cuivre rouge martelé pour le lycée de Marseilleveyre.

Le relief permet à Hajdu de rapprocher sculpture et architecture et de trouver la pertinence du volume, de son lien organique avec la surface et des surfaces entre elles.

En 1956, Hajdu a le désir de «sculpter» le papier, créant les premières estampilles, formes creusées dans le papier repoussé, jeu subtil d’une ombre claire dans le blanc de la page. En 1965, il adaptera ce procédé à la céramique pour la Manufacture nationale de Sèvres.

Les grands musées internationaux lui ont consacré de nombreuses expositions : en 1955, le MoMa de New York sélectionnant 22 artistes européens, The New Decade révèle son oeuvre aux États-Unis ; 1961, exposition itinérante en Allemagne aux musées de Hanovre, Dortmund, Manheim et Leverkusen ; à Paris, Musée national d’art moderne en 1973 et 1979 ; à Lisbonne, fondation Calouste Gulbenkian en 1974 ; exposition itinérante dans plusieurs musées français (Dijon, Caen, Calais, Dunkerque, Bordeaux, Sochaux) en 1978 et 1979 ainsi qu’en Hongrie, Roumanie et à Tunis.

Le musée Saint-Denis à Reims présente une exposition en 1983 et le musée d’art moderne de Toulouse en 1991. La dernière exposition du vivant de l’artiste a eu lieu en 1993 à la fondation de Coubertin.

Étienne Hajdu meurt le 24 mars 1996. Après sa disparition, ses amis astrophysiciens baptisent Hajdu, l’astéroïde 7316 découvert en 1973 et répertorié sous le numéro 3145 T.2 in Astéroïdes Éphéméris.

Il suit les cours de biologie de Marcel Prenant à l’Université ouvrière du XXe arrondissement de Paris : sa passion pour la biologie marquera son oeuvre.

Oeuvres disponibles (reproductions grand format)

Hajdu  Hajdu  Hajdu
Tentative de métal XII
1963-1964
Duralumin
59 x 49 cm
 Méana
1968
Bronze
50,5 x 14 cm
 Angélique
1968
Bronze
53 x 40 x 20 cm
Hajdu  Hajdu  Hajdu
Estelle
1972
Marbre rose du Portugal
66 x 28 cm
 Nana
1976
Granit belge
50 x 48 cm
 Sans titre
1984
Encre de Chine sur papier
93 x 94 cm

Publications

Hajdu

Étienne Hajdu

Publiée aux Éditions Jannink en 2016, cette monographie rassemble près de 200 œuvres d’Étienne Hajdu : sculptures, dessins, porcelaines…
Le texte est écrit par Juliette Laffon qui a été conservatrice au musée du Petit Palais, au musée d’Art moderne de la ville de Paris et a dirigé le musée Bourdelle de 2003 à 2010.
292 pages.

CommanderPrix: 34 €.

Exposition à la galerie

Hajdu

Du 28 octobre au 26 novembre 2016

Hajdu

Le parcours artistique d’Étienne Hajdu, né en Transylvanie en 1907 et installé à Paris en 1929, se développe après la guerre sur plus d’une trentaine d’années de pleine maturité créatrice. Il est très tôt défendu par la galerie Jeanne Bucher, puis par la galerie Knœdler, à New York et à…

Artistes

Tous les artistes activés sur le site

Accédez aux autres artistes qui disposent de contenu sur ce site en utilisant le menu déroulant ci-dessous.

25 02 2017

Téléphone : 01 45 62 57 07 | Télécopie : 01 42 25 63 89

Membre du Comité des galeries d'art

Jours et horaires d’ouverture

Mardi à vendredi
10h – 12h30 | 14h – 18h30

Lundi et samedi (en période d’exposition)
14h – 18h30

Thomas Huber. À l’horizon. Aquarelles
Jusqu’au 25 février 2017

 

1389670 visiteurs | Dernière mise à jour: 26 01 2017

Actualités de la galerie: Rss | Atom Agenda: Rss | Atom

Design Hablablow Webdesignofficina | Xhtml | Css